Compte-rendu

Salle du Musée Picasso, Antibes

Salle du Musée Picasso, Antibes

Merci à tous pour votre participation au colloque international From Can to Canvas qui s'est déroulé avec succès ! 120 congressistes de toutes nationalités se sont rassemblés autour des questions de la fabrication, l'usage, la conservation et les significations associés à l'utilisation des peintures industrielles oléo-résineuses par des artistes majeurs du début du XXème siècle tels Picasso, Picabia, Kandinsky, Nolan, Séraphine Louis, Le Corbusier et les futuristes italiens.


Brochures, collection de l'A.I.C.

Brochures, collection de l'A.I.C.

Les deux journées à Marseille ont mis en évidence les positions croisées entre historiens d'art, architecte, conservateurs-restaurateurs d'oeuvres d'art moderne et contemporain, industriel et scientifiques du patrimoine issus de grandes institutions européennes, américaines et australiennes. L'équilibre des différentes présentations, orales et posters, a été salué par l'ensemble des participants du colloque. En effet, les principales thématiques abordées ont montré l'influence de ces nouveaux media sur les processus artistiques, leurs incidences en matière de conservation-restauration et les spécificités des moyens analytiques mis en oeuvre. La participation du monde industriel, représenté par la société de peintures Allios, a été prépondérante du point de vue de l'historique des modes de fabrication, de l'optimisation des formulations des peintures, et de l'attrait que les peintures décoratives ont suscitées auprès des artistes.

La deuxième journée du colloque a été centrée sur l'utilisation de ces peintures par des artistes contemporains à Picasso et leurs compatibilités d'emploi sur tous supports. Les aspects des dégradations spécifiques de ces peintures ont été répertoriés par les interventions de conservateurs-restaurateurs. Les protocoles analytiques d'identification des marqueurs pour ce type de peinture ont été développés aussi bien pour les aspects d'authentification que d'évaluation des dégradations induites par l'emploi de ces peintures. Quelques méthodes analytiques moins conventionnelles dans le domaine patrimonial ont également été abordées et plutôt développées dans la session posters.

Les discussions de la table ronde ont statué sur les besoins exprimés durant ces deux journées en matière de documentation (scientifique, restauration, artiste), de recherche sur les moyens de traitement en restauration des dégradations de ces peintures, et des collaborations entre laboratoires du patrimoine, les historiens d'art et le monde industriel.

Si une attention particulière a été portée à l'étude des peintures de la marque Ripolin® et à son utilisation par Pablo Picasso, grâce à la journée d'études le 27 mai à Antibes consacrée à la présentation des recherches menées par le CICRP, l'AIC et le MOLAB sur les collections du musée Picasso et publiées de manière concomitante dans l'ouvrage Picasso Express, les discussions ont abordé le contexte artistique et sociologique de l'introduction de ces peintures en 1912 dans le processus créatif de Picasso et leur propagation chez d'autres artistes, les analyses scientifiques et sources possibles pour approfondir ces travaux, ainsi que les modalités de production de ces peintures industrielles.

Ces discussions ont ainsi montré l'intérêt de ce nouveau champ d'étude et la nécessaire interdisciplinarité entre historiens d'art, scientifiques, restaurateurs mais aussi historiens, industriels et artistes pour comprendre les multiples raisons de cet usage : esthétisme, rupture créatrice, contexte sociologique... Toutes ces pistes ont montré l'immense travail de nomenclature à réaliser - et la correspondance à faire entre les langues - pour désigner et définir ces peintures "industrielles", "décoratives", selon leur composition chimique, leur valeur d'usage ou leur rendu esthétique. De plus, si ce colloque a pour la première fois mis en évidence l'état de l'art sur ce sujet passionnant et le formidable pas en avant réalisé ces dernières années, à partir des connaissances actuelles, il a également démontré qu'il reste beaucoup à faire en matière de recherche dans ce domaine.

Un numéro spécial du Journal of the American Institute for Conservation (JAIC) qui rassemblera les articles abordant ces questions est prévu pour la fin de l'année 2012.
Voir le site : http://www.conservation-us.org/.

Le colloque From Can to Canvas bénéficie du soutien de Bruker Elemental, du concours des Archives Municipales de la Ville de Marseille et de l'aide de la Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France (Ministère de la Culture).


Logo du C.I.C.R.P. Logo Art Institute of Chicago Logo du Musée Picasso, Antibes

Page mise à jour le 4 juillet 2011.

Partenaires - Crédits - Pour tout renseignement : infos@fromcantocanvas.fr


validateur du W3.org | validateur feuille de style du W3.org